Avoir un revenu très inférieur à celui dont dispose la plus grande partie de la population, ne pas pouvoir pas atteindre certaines "normes" de consommation ou de confort, permet de définir ce que l’on appelle la pauvreté "en conditions de vie", ainsi pour mesurer ces différents critères, l’Insee réalise chaque année depuis 2004 une enquête.

Cette enquête menée par l’Insee auprès des particuliers, intitulée Statistiques sur les ressources et conditions de vie - SRCV vise à collecter, du 1er février au 17 avril 2021, les réponses apportées aux questions telles que :

- Pouvez-vous chauffer votre logement ?
- Pouvez-vous acheter des vêtements neufs lorsque les vôtres sont usés ?
- Êtes-vous régulièrement dans l’impossibilité de payer à temps votre loyer, vos mensualités d’emprunt ou vos factures d’électricité ou de gaz ?
- Êtes-vous en mesure de faire face à une dépense imprévue d’un montant de 1 000 euros  ?
- À votre avis, quel est le revenu mensuel minimal dont vous devez absolument disposer pour finir le mois en subvenant aux dépenses courantes ?
- Sur une échelle allant de 0 à 10, quelle est votre satisfaction concernant la vie que vous menez  ?

Ces données concernant les revenus, la situation financière, mais aussi sur l’emploi, le bien-être ou la santé ainsi collectées lors de l’enquête SRCV permettront de faire des comparaisons sur les conditions de vie et les inégalités avec celles collectées par les États membres ; cela est d’autant plus important actuellement pour connaître l’impact du contexte de crise sanitaire sur la vie des Français et celle des européens.

Ainsi en 2019, les précédentes enquêtes ont permis de faire apparaître que :

- 16,5 % des Européens vivent sous le seuil de pauvreté, avec un taux à 13,6 %, le niveau de la pauvreté en France se situe parmi les plus bas d’Europe, à titre de comparaison, il s’élève à 14,8 % en Allemagne, 20,7 % en Espagne, 11,6 % en Finlande ;*

- 11,1 % des ménages sont pauvres "en conditions de vie", ce qui signifie qu’ils cumulent plusieurs difficultés telles que l’insuffisance des ressources, des restrictions de consommation, des retards de paiement, des difficultés de logement, touchant davantage les familles monoparentales - 27,5 % et les personnes seules - 17,5 %.

En savoir encore plus...