Retrouvez dès maintenant sur santepuliquefrance.fr :

Ces publications sont l’occasion de rappeler l’importance d’intensifier le dépistage du VIH et des autres IST pour faire infléchir les courbes d’incidence et de diagnostic à la fois en population générale et parmi les populations les plus exposées.

"Vivre avec le VIH, c’est d’abord vivre", Santé publique France répond à un important enjeu avec une nouvelle campagne pour lutter contre les discriminations liées à la séropositivité au VIH, en rappelant qu’aujourd’hui avec les traitements, une personne séropositive peut vivre en bonne santé, vivre pleinement sa sexualité et avoir des enfants.

Vous pouvez accéder également à des données pour orienter les politiques et les actions de dépistage du VIH et aux points clés 2019 :

- 6,2 millions de sérologies VIH ont été réalisées par les laboratoires de biologie médicale, nombre qui augmente depuis 2014 et de façon plus marquée en 2019 (+6% entre 2018 et 2019).
- Les hommes ayant des rapports sexuels avec les hommes et les hétérosexuel(le)s né(e)s à l’étranger restent les 2 groupes les plus touchés et représentent respectivement 43% et 37% des découvertes de séropositivité déclarées entre janvier 2019 et septembre 2020.
- Les hétérosexuel(le)s né(e)s en France représentent 14% du total des découvertes de séropositivité, les personnes usagères de drogues injectables, 2% et les personnes transgenres contaminées par rapports sexuels représentent, 2%.
- Un quart des découvertes de séropositivité (26%) déclarées entre janvier 2019 et septembre 2020 sont des diagnostics à un stade avancé de l’infection.
- Le nombre de dépistages d’infections sexuellement transmissibles (IST) bactériennes (syphilis, infections à gonocoque ou à Chlamydia trachomatis) continue à augmenter en 2019.
- Le nombre de diagnostics d’infection à gonocoque ou à Chlamydia trachomatis continue également à augmenter en 2019, tandis que le nombre de diagnostics de syphilis récente diminue pour la première fois.
- La pandémie à SARS-CoV-2 a fortement impacté l’activité de dépistage du VIH et des IST bactériennes en 2020. Une diminution du nombre de dépistages de près de 60% a été observée entre février et avril 2020.

En savoir davantage...