Qu’est-ce que l’anorexie mentale ?

L’anorexie mentale, c’est la volonté de restreindre son alimentation et de perdre du poids alors même que ce poids a atteint le minimum normal pour l’âge et la taille de l’individu.

La personne anorexique ressent une peur terrible à l’idée de prendre des kilos. Elle refuse de manger et maigrit de manière conséquente, allant parfois jusqu’à mettre sa santé et sa vie en danger.

L’anorexie mentale apparaît souvent à l’adolescence, au moment même où on ne se sent pas très bien dans son corps, où on se pose des questions sur sa future identité d’adulte, où on se confronte au regard des autres ... Elle est plus fréquente chez les jeunes filles.

Le problème est que le regard que la personne anorexique porte sur son corps n’est plus le même que celui que portent les autres : il est déformé. Elle se voit et se ressent grosse alors qu’on la voit très maigre. C’est cette perception déformée, source d’un mal-être profond, qui influence l’anorexique dans ses comportements : elle ne s’alimente presque plus, contrôle la nature et la quantité de ses aliments, et le rythme de ses repas ; elle fait aussi beaucoup d’exercice physique.

L’alimentation est à la fois rejetée et obsédante dans sa vie, au point de causer une souffrance psychologique.

Qu’est-ce que la boulimie ?

La boulimie se définit par des phases de « compulsion alimentaire » importante : au cours d’une « crise », la personne boulimique mange en très grande quantité et de manière incontrôlée.

Suite à cette crise, elle peut être envahie par des sentiments de culpabilité et de honte, et se sent mal dans son corps. Comme pour se libérer de ces tensions internes, mais aussi parce que son organisme ne le supporte pas, elle se fait souvent vomir.

Dans ce même but, mais aussi dans l’intention de ne pas prendre du poids, elle recherche les moyens d’éliminer les calories ingérées : sport, consommation de laxatifs ou de diurétiques, etc.

Son rapport à l’alimentation envahie sa vie et devient obsédant.

Là aussi, l’image que la personne boulimique a de son corps et d’elle-même en général est transformée, et toujours négative. Comme l’anorexie, la boulimie est plus fréquente chez les jeunes filles et apparaît plutôt à la fin de l’adolescence.

Ces maladies sont graves, elles peuvent avoir des conséquences dramatiques : au-delà des nombreux problèmes physiques qu’elles peuvent entraîner (détérioration des dents, manque d’éléments nutritifs essentiels à l’organisme, absence de règles...), ce sont des maladies dont on peut mourir.

Autour de vous, des personnes sont là pour aider, soutenir, écouter et soigner. Il faut en parler autour de soi, à un parent, des amis, un professeur, l’infirmier scolaire du lycée.

Vous pouvez également en parler à des professionnels (nutritionniste, médecin traitant, psychologue, pédopsychiatre...).

Appeler le le 0800 235 236 peut être un bon début.