Les tenues seront distribuées aux appelés (2 000 à 3 000 volontaires pour la phase de préfiguration dès juin 2019), qui pourront les conserver à l’issue de la phase de cohésion. Ainsi, tous les volontaires ayant reçu une formation aux gestes qui sauvent et à la conduite à tenir en cas de catastrophe dans le cadre du SNU, pourront revêtir cette tenue comme signe distinctif s’ils souhaitent se porter volontaires lors d’une crise ou catastrophe. 

Les attendus :

Ces éléments devront être complétés par la conception de signes distinctifs permettant de faire visuellement la différence entre les encadrants et les appelés. La tenue devra également permettre l’ajout d’un signe distinctif de maisonnée ou de compagnie (unités de vie des jeunes durant le SNU).

Le jury, chargé de choisir le lycée lauréat parmi les 13 propositions, sera composé d’une personnalité issue du monde des armées – Benoît Puga, Grand Chancelier de la Légion d’Honneur et ancien chef d’état-major particulier de deux Présidents de la République, d’une seconde issue de celui de l’engagement – Marie Trellu-Kane, présidente et fondatrice d’Unis-Cité –, d’une jeune élue au conseil national de la vie lycéenne, et d’un créateur français – Simon Porte-Jacquemus. Il se réunira à la fin du mois de mars afin de statuer sur les différents projets imaginés.

Ce concours est ouvert aux jeunes de 13 lycées professionnels et technologiques, un par région préfiguratrice :

En juin 2019, 2 000 à 3 000 jeunes participeront à la phase de préfiguration du SNU dans 13 départements représentatifs de la diversité des territoires. Les jeunes appelés volontaires mobilisés pour cette phase de préfiguration participeront d’abord en juin 2019 à un séjour de cohésion de deux semaines, en internat. Puis, ils réaliseront dans un second temps leur mission d’intérêt général, d’une durée de deux semaines également, entre juillet 2019 et juin 2020.